Menaces sur la biodiversité au Maroc

Le patrimoine naturel du Maroc est exceptionnel mais fragile et les menaces qui pèsent sur ce patrimoine sont nombreuses. Mieux connaître ce patrimoine, la richesse de sa biodiversité c'est aussi apprendre à le respecter et comprendre pourquoi il est urgent de le protéger.

En savoir plus sur la durée de vie des déchets abandonnés dans la nature

Réduction de la biodiversité :

Certaines espèces sont sérieusement menacées, la panthère (considérée comme disparue depuis les années 90 a été localisée par un zoologiste de l'Université d'Alicante dans les montagnes du Moyen-Atlas), l'ibis chauve, le magot ... Le cerf de Berbérie, qui avait disparu depuis longtemps, a été réintroduit dans le Parc de Tazzeka. Le genévrier thurifère, un arbre noble et majestueux est en régression de 90% par rapport à son aire potentielle de répartition.
Le cèdre dont la cohabitation avec un cheptel ovin démesuré est difficile! La liste est loin d'être exhaustive. Nous ne citons là que les plus spectaculaires, mais de nombreuses autres espèces végétales et animales disparaissent régulièrement en toute indifférence.

La biodiversité marocaine est sérieusement menacée, il est temps d'agir, de le faire savoir et de sensibiliser les marocains et les touristes qui visitent le pays à se documenter davantage sur ce patrimoine de manière à prendre conscience que certains comportements sont irresponsables tels que le commerce illégal d'espèces animales et végétales (tortues, caméléons, reptiles...), le braconnage, le pillage de plantes sauvages...

Les causes : La surexploitation des ressources naturelles pour satisfaire des intérêts économiques et parfois spéculatifs à court terme est une des plus grosses menaces qui pèsent sur la biodiversité au Maroc : cultures intensives avec surexploitation eau des nappes phréatiques, surexploitation du bois, élevage ovin et caprin très supérieur aux capacités du sol à se régénérer...

Diminution des ressources hydriques du Maroc et désertification :
Milieu du 20e siècle : 1500 m3/habitant/an
Début du 2Ie siècle : 720 m3/habitant/an
Vers 2020 : 500 m3/habitant/an*
Les causes de la diminution: le gaspillage (tourisme, industrie, irrigation...), les pertes dans le réseau de distribution, la dégradation par la pollution et le changement climatique.

L'économie de l'eau est une nécessité.

*source: ministère de l'Aménagement du Territoire de l'Eau et de l'Environnement